Wambui

Etudiante en GSEM

“La musique est le noyau de mon esprit. Grâce à la musique, je peins, j’écris et j’imagine mon prochain projet d’art visuel. Pour moi, les maitres Yoda de la musique sont Fela Kuti, George Clinton, Miles Davis, Prince et Marvin Gaye.

J’ai une admiration pour l’ère de la Renaissance et le mouvement impressionniste. Je suis aussi inspiré par les cultures asiatiques, amérique latines/centrales et africaines.”

Retrouvez le regard engagé et acéré de Wambui sur Instagram, ou écrivez-lui un mail!

Proud

Avec ce collage, Wambui cherche à mettre en évidence que l’important n’est pas de suivre les critères de l’idéal féminin imposé par la société, mais bien d’être à l’aise avec nous-mêmes.

Nadhari

Ce deuxième projet porte aussi sur la féminité dans le monde. Son nom, « nadhari », vient du swahili, et a plusieurs significations : le choix, la perception de l’autre, se soucier.

Le technique utilisée est la peinture sur textile (droite) ainsi que de la reproduction de textiles venant du monde (gauche).

Corps caché ?

Avec cette oeuve, Wambui présente sa perception de la crainte de vieillir qui peut toucher de nombreuses personnes.

C’est un projet réalisé avec de l’encre de Chine, et inspiré par des croquis de Karl Lagerfeld.

Parfois, l’inspiration frappe sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ce quatrième document n’est pas vraiment un projet imaginé ou réfléchi.

Ce sont des publicités trouvées dans les magazines sur lesquelles l’artiste a dessiné des motifs

Ce projet-ci est une critique du milieu de la mode.

“Les mannequins grande taille ou de couleur ne devraient pas être vus comme des mannequins exotiques ou hors-normes. Tout mannequin devrait être vu.e comme normal.e. J’ai donc favorisé le collage, où j’ai utilisé une vraie mannequin pour illustrer ma critique.”